Pink/Brown
LightPink/Brown
PaleVioletRed/Brown
Lavender/Browns
Thistle/Brown
Plum/Brown
Pink/Maroon
LightPink/Maroon
PaleVioletRed/Maroon
Lavender/Maroons
Thistle/Maroon
Plum/Maroon
Dr Fatma Bouvet de la Maisonneuve

Dr Fatma Bouvet
de la
Maisonneuve

 
Dépression

Dépression : Le mal du siècle qui peut et doit se guérir

Plus de 300 millions de personnes dans le monde souffrent de la dépression, dont 3 millions en France ! Et la situation ne fait que s’aggraver. Les maladies mentales sont au troisième rang des maladies les plus fréquentes après le cancer et les maladies cardiovasculaires. Aucun âge n’échappe à ce mal : 10 à 20% de la population présenterait un syndrome dépressif majeur à un moment ou à un autre de sa vie.

La dépression entraîne une grande souffrance chez les patients. Dans le pire des cas, elle peut conduire au suicide, deuxième cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 19 ans dans le monde. Dans tous les cas, elle altère la vie professionnelle, scolaire ou familiale des patients et de leur entourage. On comprend pourquoi, dans ces conditions, l’OMS classe la dépression parmi les maladies les plus préoccupantes du XXIème siècle.

Quels sont les symptômes ?

Il ne s’agit pas de la petite déprime ou d’un vague à l'âme, même si parfois la frontière est difficile à apprécier pour aboutir au bon diagnostic.
Mais le médecin doit toujours garder à l’esprit les critères très précis fixés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Association américaine de psychiatrie (DSM-5) afin de s’orienter vers la bonne voie.
Il s’agit d’une sorte de panne psychique et motrice qui se manifeste généralement à travers les symptômes suivants :

  • - Une tristesse quasi permanente, avec parfois des pleurs
  • - Une perte d’intérêt et de plaisir pour des activités auparavant considérées comme plaisantes
  • - Un sentiment de dévalorisation et de culpabilité excessif ou inapproprié
  • - Des idées de mort ou de suicide
  • - Un ralentissement psychomoteur
  • - Une fatigue (asthénie), souvent le matin
  • - Une perte d’appétit, souvent associée à une perte de poids
  • - Des troubles du sommeil, en particulier des insomnies matinales
  • - Des difficultés d’attention, de concentration et de mémoire

Il faut savoir qu’il existe des traitements connus et efficaces pour combattre la dépression : ce sont essentiellement les anti dépresseurs. De nombreux articles ont pointé leur surconsommation, il y a quelques années et ont mis en garde contre les anti dépresseurs. Or, il s’agissait souvent de prescriptions inadéquates, car en réalité moins de la moitié des personnes affectées dans le monde (dans certains pays, moins de 10%) bénéficient de tels traitements. Le manque de ressources, la pénurie de soignants qualifiés et la stigmatisation sociale liée aux troubles mentaux sont autant d’obstacles à l’administration de soins efficaces.
L’erreur d’appréciation en est un autre. Dans tous les pays, quelque soit leur niveau de revenu, les personnes déprimées ne sont pas souvent diagnostiquées correctement alors que d’autres, non affectées par ce trouble, se voient parfois prescrire des antidépresseurs par suite d’une erreur de diagnostic.

Typologie et symptomatologie

Selon le nombre de symptômes et leur gravité, un épisode dépressif peut être considéré comme léger, modéré ou sévère.
On fait aussi une distinction importante entre la dépression chez les personnes qui présentent ou non des antécédents d’épisodes maniaques. Ces deux catégories de dépression peuvent être chroniques (c’est-à-dire s’échelonner sur une longue période) et s’accompagner de rechutes, en particulier si elles ne sont pas traitées.
Trouble dépressif récurrent : On observe alors des épisodes dépressifs répétés. Lors de des épisodes dépressifs, le patient est d’humeur morose; il ressent une perte d’intérêt et de plaisir, ainsi qu’une baisse d’énergie entraînant une diminution de son activité pendant au moins deux semaines.
Parmi les personnes atteintes de dépression, un grand nombre souffrent aussi d’anxiété, de perturbations du sommeil et de l’appétit et peuvent éprouver un sentiment de culpabilité ou de dévalorisation, avoir du mal à se concentrer, voire présenter des symptômes médicalement inexpliqués.
Selon le nombre et la gravité des symptômes, un épisode dépressif peut être considéré comme léger, modéré ou sévère. Dans le premier cas, la personne éprouvera quelques difficultés à poursuivre ses activités professionnelles et sociales courantes, mais ne cessera probablement pas de fonctionner complètement. Lors d’un épisode dépressif sévère, il est très improbable que le malade soit en mesure de poursuivre ses activités sociales, professionnelles ou privées, sauf de façon très limitée.
Trouble bipolaire : ce type de dépression se caractérise par des épisodes maniaco-dépressifs entrecoupés de périodes d’humeur normale. Les épisodes maniaques correspondent à une période où l’humeur est élevée, irritable, à une hyperactivité, un important débit de paroles, une estime de soi exagérée et une diminution des besoins de sommeil. Le diagnostic de ce trouble doit être effectué avec rigueur car le traitement adapté et efficace n’est pas anodin et nécessite une surveillance régulière.

Facteurs contributifs et prévention

La dépression résulte d’une interaction complexe entre des facteurs sociaux, psychologiques et biologiques. Les personnes exposées à des événements malheureux dans leur vie (chômage, deuil, traumatisme psychologique) sont plus susceptibles de développer une dépression. Celle-ci peut, à son tour, générer un surcroît de stress et de dysfonctionnement et aggraver la situation de la personne touchée, ainsi que la dépression elle-même.
Il existe une interdépendance entre la dépression et la santé physique. Par exemple, une maladie cardio-vasculaire peut entraîner une dépression et vice versa.

Diagnostic et traitement

Il existe des traitements efficaces pour combattre les formes modérées à sévères de la dépression. Ils sont médicamenteux et/ou psychothérapiques.